Chaussés de bottes de sept lieux

Publié le par la freniere

Chaussés de bottes de sept lieux

Chaussés de bottes de sept lieues
Buvons à ton chapeau de coyote rayé
Ma douce ma voix ma rivière
Ma rayonnante scriboulinante
Mon anti-satanique rataplanche
Ma Grande Ourse ma Bételgeuse
Mon astragale ma vlimeuse
Ma charmante désincarnée
Ma divertisseuse invétérée
Ma discoureuse de temps qui s’arrête
Entre tes doux bras d’élégance
Tu me slimouchines
Tu me karpates
Ma sidérapante mon envolée
Ma non-catalepsie dans les radiations
Engouffrées au point chaud
Ma rembourrade ma contorsionnée
Ma grégorienne bleu-baiser
Ma sauterelle grande traverseuse
De Terre-Neuve jusqu’en Alaska
Tu me ritournelles des chants sacrés
Ma loveuse mon escoflambeuse
Certains soirs d’orignaux apaisés
Quand je compte sur toi
Comme sur mes doigts d’orteils
Hissé jusqu’à la finesse
De ton âme qui luit claire
De scrimalimeuse de ciboulette
De belle vie que nous menons

Jean Désy, « Chaussés de bottes de sept lieues… », Hymne à l’amoune, Montréal, Mémoire d’encrier, 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article