Tristan Cabral

Publié le par la freniere

Tristan Cabral

J'investis mes étoiles dans un ciel toujours vide
et la nuit
je promène sur la mer
mes ongles de cellule

dans une enfance couchée à mort
je marche le long d'une autre vie
et j'ai noué mes poings au vol des cormorans

et les éclats de voix croissent et se multiplient quand la métaphore se fait cri

mon corps est d'un autre âge mon sang d'une autre mer
j'habite les révoltes et les révolutions

Tristan Cabral

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article