Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Derrière les volets gris (France)

Autrefois, la terre était la terre qui emporte tout sur son passage, et la terre passait. Demain, si proche, n'est-ce pas la terre, elle-même, qui est emportée ? Je voudrais ici sur parole ne pas être cru. * Et sur parole encore. Les vraies questions...

Lire la suite

Cathy Garcia persiste et signe

Cathy Garcia persiste et signe

NOUVEAUX DELITS Revue de poésie vive et dérivés Numéro 32 Je n'aime Pas les gens Mais je vous aime Mal et pleine d'exigences Je fais une revue de poésie Je fais une revue de Je fais une revue Je fais une Je fais Je De poésie Revue de poésie Une revue...

Lire la suite

Ils ont dit

Il lui fallut beaucoup de silence, puis après, beaucoup de distance, il lui fallut un long temps, une vie entière, pour apprendre ce mouvement sobre de la bonté, qui va de l'un à l'un, et découvre dans son souffle une forme acceptable d'humanité... ...du...

Lire la suite

Signalez un poème

Signalez un poème

Les productions (sic) vous propose une connivence féconde entre poésie et musique contemporaine. Sept poètes, quatre compositeurs, cinq instrumentistes, deux chanteurs et un platiniste : Veuillez signaler un poème. Sept pièces inédites ont été créées...

Lire la suite

Décès d'Henri Meschonnic

Blanc comme la nuit je ne dors pas noir comme le matin je me lève mes mains tremblent parce que je porte mon silence il faut que je dorme pour retrouver mes paroles je tiens bon pendant des temps pour te marier à mon bonjour. Parce que ton silence est...

Lire la suite

J'ai faim

les jours tombèrent et les yeux traversés de tant d'éclats de mer j'ai dressé vers le ciel mes mains ensanglantées et puis j'ai mis le feu à toutes les fontaines j'ai jeté des étoiles à la tête des fleuves j'ai recouvert de neige le cœur des primevères...

Lire la suite

D'un même devoir (France)

Terre Terre tu n'appartiens qu'à celui qui t'aime et te comprend te cultive heureux élève ses bêtes familières laineuses bêlantes chevrotantes meuglantes aboyantes braillantes hennissantes glapissantes caquetantes - quel chahut ! ché bouzin ! - haletantes...

Lire la suite

Le dernier chaos

Quand la nuit s'entrouvrit, des corps de rêves déchirés comme les bulles d'un vieux bonheur s'échappèrent du champagne pour aller si haut dans les jardins où l'on rit à chaudes larmes que seul resta le cauchemar. Je ne mange plus de chocolat, je ne regarde...

Lire la suite

Ouvrir les yeux

On ne voit plus les choses nues. Il faut les habiller d'un prix, les soumettre à la mode. On ne vit plus, on meurt sans se voir mourir. On meurt à petits feux. On zappe. On numérote. On rote. Il semble naturel de retrouver sa vie accrochée sur un cintre....

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>