Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Où en sommes-nous avec le temps ?

À peine vivants, à peine morts, où en sommes-nous avec le temps ? À force de marcher sans rien voir, pas un grain de poussière, pas un atome d’atome, j’ai fini par atteindre le vide, par voir l’invisible. Une bizarre de chaise fait le dos rond sur cinq...

Lire la suite

Il y a trois sortes de poètes

Il y a trois sortes De poètes Ceux qui parlent Aux mots Ceux à qui Les mots parlent Et ceux qui sont Les mots Il y a trois sortes De poèmes Ceux qui portent Les mots Ceux que le mot Porte Et ceux dont les Mots sont des Portes Werner Lambersy

Lire la suite

Ils ont dit

Je songe à nouveau à ces artistes du paléolithique que je ne peux considérer comme des êtres dépendant d’une religion (et c’est tout le vocabulaire utilisé à leur sujet, lors des découvertes de leurs sites, qui tombe de lui-même, déloyal, irrecevable)...

Lire la suite

Minute dérape sur une peau de banane

Non, ce n’est pas seulement Madame Taubira que Minute a insultée, ou simplement moi qui me suis senti offensé, mais la France que j’aime et tous ceux qui ont construit une morale républicaine, et cela, même si depuis un certain temps une partie des ténors...

Lire la suite

Noc noc

Tu penses que les encombrés de la nuit qui se déguisent en arbre de Noël ont passé haut la main leur examen du soir? Interjection, votre honneur! Ils coulent en cibole avec leurs claques [...] Les mains dans les poches l'espoir s’égraine dans leur froc...

Lire la suite

François Guérette

François Guérette

Parmi les nouvelles voix qui émergent en poésie québécoise – et elles sont nombreuses! –, une connaît un essor particulier depuis quelques années : celle de François Guerrette. Malgré son tout jeune âge, on peut d’ores et déjà le consacrer comme « auteur...

Lire la suite

La grammaire du coeur

Mon cœur bat fort sous ma chemise, à petits coups pressés, puis à grands coups plus forts. Il bat pour toi, mon amour. Il éclot comme une fleur. Je te regarde du fond de moi. Je te vois de partout. Retiens-moi si je tombe, je te porterai mieux. Je t’aime...

Lire la suite

Lettre à mon ti-cul

Lettre à mon ti-cul

Montréal, le 30 mai 1995 Salut, Jérémie, On se voit pas très souvent. Je suis toujours à courir à gauche et à droite. J'essaie de faire ma petite part pour l'indépendance. J'écris des articles, je prépare un film, je fais des discours un peu partout....

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>