Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La petite voix d'un poème

Dans les vociférations des fous de guerre, dans le cliquetis assourdissant de l’or, dans le vacarme vaniteux des marchands, dans le hurlement des sirènes ambulancières, dans le tintamarre croassant des politiciens, dans le tumulte des écrans petits et...

Lire la suite

Petit inventaire

Ici mon inventaire Petit coin de citron plus jaune que soleil qui disparaît dans l’onde Je ne regarde plus l’impossible rencontre je ne parcours plus le chemin du désir je reste dans mon coin qui ressemble à la mort je remercie les humbles de la joie...

Lire la suite

Tant de choses

C eux pour qui l’odeur de l’argent est le parfum suprême ont du sang sur les mains. Leurs lieux de culte sont les supermarchés. Leurs seules prières sont pour le prix de l’essence. Ils rêvent d’atteindre le ciel en 4x4 et ils oublient d’être vivants....

Lire la suite

Le ténébrion

Étoile filante Ou simple mouche Fourmi ménagère Ou sombre coléoptère Araignée minuscule Qui marche au plafond Orion ou ténébrion Insecte ou constellation Ils ont tous des noms L’homme a-t-il donc tout nommé Du moucheron aux galaxies Et lui quel est son...

Lire la suite

L'essentiel est toujours ailleurs

Je vais sortir. Je dois sortir. Marcher dans les rues, écouter la ville. Voir le pas des maisons. Voir les habitants entrer dans ces maisons et en sortir. Plus que tout, je dois aller voir le fleuve, le chemin qui marche, le Magtogoek des amérindiens,...

Lire la suite

Les amoureux fervents

C’est parce que je t’écris que tu ne perds pas ta réalité, celle « d’avoir été ». C’est parce que je poursuis notre conversation, au-delà de ta mort, que la pointe de mon crayon, après maintes « ruminations », fait place –et trace – à cet équilibre instable,...

Lire la suite

Ils ont dit

Nous autres sans patrie. Nous autres étrangers sur la terre étrangère nous sommes chacun dans notre propre asile comme un sanglier apeuré, perdu au centre de la grande ville à l'heure où les chevaux vont boire, à l'heure où les assassins s'éveillent....

Lire la suite

Sans savoir

Quand on longe les murs on trouve un jour des hommes-portes des hommes-fenêtres par qui l’on voit le monde le paysage et les autres hommes ainsi parfois à l’infini En passant derrière eux on finit par suivre sans savoir un chemin au bout duquel peut-être...

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>