Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si le temps venait

À toi passé, cette chambre d'enfantet cette carte, laissée là-bas, couverte de petits drapeaux,portant au mur l'adresse de mes amis,à toi ma blessure, cette maison où je n'ai pas pu retourner. À toi, l'exil, ce ciel et ces palmiers qui ont porté mon ciel,à...

Lire la suite

Quand les mots sont des balles

C haque geste porte en soi le sacré, c’est pourquoi il faut agir par amour. L’homme qui tue pour le profit, un drapeau, une croyance ou par pure méchanceté, c’est son âme qu’il tue. L’acte créateur est le seul qui enrichisse l’homme. Quand l’enfant compte...

Lire la suite

Quand les géants vacillent

Quand les géants vacillent sur le socle du monde, les nains se perdent dans leurs bottes de sept lieues. Où bat le sang? Où bat le temps? Où va le chant? Où va le vent? Où vont les cris des suppliciés? Où bat le cœur des mal aimés? Où vont les larmes...

Lire la suite

Guillevic ou la tendresse des choses

« Pitié pour les bêtes Qui n'ont pas de nuit. » À ceux qui ne savent pas mieux communier que communiquer, il reste les indispensables tentatives inutiles, les balbutiements chauds de la poésie. Un jour j'ai découvert Eugène Guillevic et j'ai décidé de...

Lire la suite

Le sens

L'indifférence, la méchanceté, la débâcle, l'agitation, les petitesses, sont affaires d'hommes. Leurs ego bétonnent, leurs monnaies enterrent, leurs croyances mentent, leurs pouvoirs détruisent. Loin de ces jeux morbides, un seul lilas contre un...

Lire la suite

Dans le bol d'un crâne

L es enfants jouent à la marelle là où les pas des vieillards grignotent l'espérance. Le revolver du temps nous tire dans le dos avec ses balles chargées de sang. Que pouvons nous y faire? Nos mots ne sont que des balles à blanc. Ils traversent la nuit...

Lire la suite

<< < 1 2 3 > >>