Notre prière est pauvre

Publié le par la freniere



L’éternité se cache

dans le moindre galet,
le moindre chant d’insecte,
la moindre brindille
qui participe au feu,
le moindre vol d’abeille
à l’assaut d’un lilas.
Je suis jaloux des bêtes.
Il nous faut trop de mots
pour comprendre le monde.
Notre prière est pauvre
face au murmure des sources.




Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mich�le 17/03/2007 08:43

C'est dans cette simplicité évidente, ce quasi "panthésisme" que je te retrouve le mieux...
Bises