Je veux

Publié le par la freniere

       
                Je veux des rives qui se touchent
                sans un port qui les dompte,
                des rides sur la peau
                sans le temps qui les compte,
                des bêtes sans licou,
                des routes sans frontières,
                des prières sans dieu,
                des pieds trempés de pluie
                sur la douleur du sable,
                la lumière d’un violon
                pour éclairer les sourds,
                des femmes sans bâillon,
                des enfants sans projet,
                des hommes sans foi ni loi,
                des lunettes ajustées
                sur le focus du cœur,
                le sourire des autres
                en prime sur les dents
                et des larmes en sautoir
                au cou nu du hasard.
 
                Grignotant l’alphabet
                que laissent les poètes
                ce sont des mots d’amour
                que portent les oiseaux
                aux quatre coins du monde.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article