La barque du temps

Publié le par la freniere


Il manque aux souvenirs

la couleur des yeux
qui regardent sans voile.
Il manque à mon espoir
la colère des chiens
qu'on mène par la queue.

Il y en a qui gardent
leurs yeux toujours à quai
et leur âme sous clef.
Ils ne partent jamais
sans emporter leur montre
et laissent pourrir le rêve
dans le compte à rebours.

D'autres ont les yeux plus grands
que l'infini qu'ils guettent
mais se voient tout petits
dans la main du hasard.

Il y en a qui vivent
sans savoir pourquoi
et qui n'aiment dans l'autre
que ce qu'ils voient d'eux-mêmes.

Il y en a qui meurent
sans avoir rien donné
et croulent sous le poids
dans le haut du néant.

D'autres ont les bras ouverts
au moindre vent d'espoir
mais ils partent sans rames
et dérivent en route.

J'avance avec mon ombre
reflétant le silence
sur la vague des mots.
Sans réponse à la vie
je remonte à rebours
le courant des questions.

D'une rive à l'autre rêve
je ne pille jamais
que mes propres épaves.
J'écope l'eau qui monte
dans la barque du temps.


 


 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JADE 08/04/2007 10:30

Des mots toujours aussi forts et délicats à la fois ....J'aime ....et maintenant que j'ai eu la chance de te rencontrer....je ne vais plus te lâcher.....Avec ma sincère amitié