Ce que tu es

Publié le par la freniere


Tu sèmes des tisons

au milieu de la neige,
le soleil du sud
dans les étoiles du nord.
Tu as des yeux qui s’ouvrent
pour trouver la lumière,
des ultrasons dans l’âme
détectant l’infini,
des éclairs de bonté
accompagnant l’orage.
Tu greffes dans la terre
des racines célestes,
des mains au bout des bras,
des caresses à chaque doigt.
Tu danses avec les loups,
la lune et les étoiles.
Tu parles aux esprits
et fais mûrir l’enfance
aux joues de pommes rouges.
Tu donnes de l’eau fraîche
au sable du désert,
une accolade aux anges,
un arc--en-ciel au vent.
Tu fais pousser des fleurs
dans la demeure du réel.
Tu fais pencher le monde.
Tu fais penser les pierres.
Tu panses les blessures.
Tu dépenses en pain
la monnaie d’or des blés.
Tu agrandis la page
où nous nous écrivons,
où se dessine un cœur
plus large que la mer.
Tu regardes le monde
comme on traverse un pont,
comme on saute le mur,
comme on vole en dormant.
Tu es ce que tu es.
Je ne rêve pas je t’aime.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article