Pour Albert (Louisiane)

Publié le par la freniere

     Né au Sud de la Louisiane
     Décédé à San Diego

    
     Tu crois que je ne suis qu’un squelette

     dans une tombe dans un désert en Californie.

     Mais je suis vivant dans le serpent sonnette    

     sous la feuille de tabac, la moissonneuse

     dans les clos de canne à sucre,

     le sax endiablé dans la rue Bourbon.

     Je suis vivant dans les pelouses et le fuchsia,

     les façades saumonées, les baies, et les galeries

     dans la chaleur d’été et las calles de La Jolla.     

     Je suis vivant dans le teint olive de ma fille,

     le torse maigre de mon fils, et dans

     le souvenir de leur mère

     de la première fois qu’elle m’a vu.


     Je suis vivant dans les corps couverts

     de mélanome gros comme des petits pois,

     corps trop émaciés, trop engourdis,

     pour discerner la différence

     entre l’hallucination et le jour.

     Quand tu croiras

     que tu as oublié ma figure,

     je te viendrai dans un rêve.

     Quand tu croiras

     que tu as oublié ma voix,

     Je te parlerai.

     Parce que je suis en vie,

     je suis en vie.

    
     In  “La grande Pointe”  ( Ed.Cross-Cultural Communications,New York 1995)

    
      Beverly Matherne
 

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article