Le refus (Belgique)

Publié le par la freniere

Nous avions construit nos jours 
sur les décombres de nos nuits 
et plus souvent qu'à notre tour 
trébuché sur nos marelles 
là où cependant 
tout était simple 

Au hasard des quais ou des gares 
nous tournions le dos à notre 
bagage 
mais toujours ils s'obstinaient 
à ne nous faire que les poches 
et notre pire supplice 
au-delà de l'actuel 
lent déshabillage 
de nos moëlles 
de notre sang 
de notre souffle 
fut de n'avoir jamais été dépouillés

que du dérisoire 

Hélas nous étions seuls 
et seuls à voir 
dans la paume de nos mains 
ce qui nous brûlait les doigts 
ce que tous ont refusé 
car tout nous fut refusé 
de ce que nous voulions donner 

Et nous restons seuls 
pleins d'un désespoir écarlate 
en cet instant de crispation du 
temps 
où de son aile noire 
un grand pressentiment nous frôle



C. E. Andersen 

(Extrait de Terre Sang Feu).

auberge1.iquebec.com/0/index.html

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article