Je resterai l'enfant

Publié le par la freniere


Il y a des routes

qui n'aiment pas voyager,
des pieds qui rêvent
D'être des main,
des fleuves qui se noient
pour embrasser la mer.

Il y a des ouragans
qui bâillonnent le vent,
des îles qui s'allument
dans les banlieues des vagues,
des phares qui s'éteignent
dans les yeux des épaves,
des fleurs qui embaument
quand leurs pétales fanent.

Il y en a qui partent
et veulent revenir.
Il y en a qui restent
et rêvent de partir.

Je resterai l'enfant
qui chevauche la vie
sur le dos d'un chaman,
le ciel qui recolle
ses étoiles brisées.

 




Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article