Debout

Publié le par la freniere


Dans ce monde futile
où les vivants ont tort
j'aime mieux vivre debout
sans ambition sans rien
que d'habiller mon vide
d'un clinquant d'apparat.
Je n'ai jamais fermé la porte
aux vagues bleues de la peur,
aux roses que l'on blesse,
aux lépreux ni aux gueux,
aux grandes mains du vent
qui cherchent l'accolade.
J'avance à pas de loup
et l'inquiétude aux crocs
entre l'indifférence des assis
et les cennes noires du bonheur.

J'avance à coups de pioche
entre les simagrées des anges
et les roseaux pensants.
Je parle comme on gifle,
comme on crache,
comme on sue.
J'ai le cri dans le ventre.
J'ai la faim. J'ai la soif.
J'avance comme un fou,
comme un feu sort du lit
pour allumer le fleuve
quand les rives sont gelées.

Sans gloire sans dieu
je n'ai rien d'autre à protéger
que mes blessures de vie,
juste un peu de lumière
et de fragilité.





 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jonathan 09/06/2007 18:43

Le blog "Quelques bouteilles" lance son concours de poésie d'amour. Gratuit et ouvert à tous, il est ouvert dès le 9 juin jusqu'au 15 juillet inclu. Toutes les infos sur: http://quelquesbouteilles.over-blog.com/article-10791042.htmlFaites passer l'information, plus le concours prendra de l'ampleur et plus il aura de chance de d'être réitéré plusieurs fois.Merci beaucoup et venez participer!!!

didier 09/06/2007 14:33

Promenade de veritable plaisir sur tes mots en rimes qui sonnent comme un carillon de bonheurAmicalementDidier