Le chardonneret (Chili)

Publié le par la freniere

Entre les peupliers passa
un minuscule dieu jaune:
rapide, voyageur du vent
laissant dans l’air un tremblement
une flûte de pierre pure,
un filet d’eau vertical,
violon du printemps:
il passa comme une plume
dans une rafale
minuscule créature, pouls du jour,
poussière, pollen, rien peut-être,
sauf la lumière vibrante
le jour, l’or.

 
Pablo Neruda traduit par Aaron de Najran

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
EL JILGUEROAlors que j’écoute les souvenirs de Zoë Valdès         - l’exilée habanera-   sur son infernal paradis cubainUn jilguero -c’est le premier mot            qui me vient-   se pose sur le mimosaIl est midi chardonneret*Et il fait nuit à La Havane…    Qui plus qu’une amoureuse de su gente  De son île et de la langue mère     Peut dire les secrets terrestres*  Et le désir immarcescible de vivre en liberté* René CHAR (Complainte du lézard amoureux)