L'étranger (Malte)

Publié le par la freniere

L'étranger transporte dans sa sacoche la solitude,
comme lui, elle connaît le chemin, et les amoureux
qui ne voyagent jamais seuls la transportent aussi.
A l'est comme à l'ouest, il salue d'un mot,
et les gens, à l'est comme à l'ouest, passent leur chemin.
Il n'a rien à déclarer à sa descente
d'avion, n'a rien de suspect,
sans passeport, sans argent, avec un billet open,
il laisse pendre sa sacoche sans la lâcher,
et ajoute à chaque voyage une solitude nouvelle
qu'il serre avec celles amassées auparavant.
S'il est arrêté
il sait se défendre
selon le traité des nomades sans famille,
sans nation, sans état civil.
Dans chaque aéroport, le fripier de la solitude
agrandit sa fortune exonérée de taxes.

Oliver Friggieri

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article