La bourse ou la vie

Publié le par la freniere

Y’a pas à se fendre les poils en quatre. Perdre sa vie à la gagner, la margoulette sur le billot.

L’espace qui s’ouvre sur des cloisons comme les fenêtres sur des barreaux.

La bourse ou la vie, Camarade ! La soupe ou le rêve mon poto ?

Dégobiller, dégoupiller, donner du ventre à leurs promesses, mettre du beurre sur la rondelle et ne

pas parler la bouche pleine.

Apprendre à ne pas apprendre à se battre et crever bien avant de naître...

 
Thomas Vinau

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article