Le trou

Publié le par la freniere

1

La tête comme une flaque

d’eau morte

dans laquelle tu nages

en rond

Quand plus rien ne te porte

plus rien
du tout
2

Arrose les plantes

occupe toi

respirer peut être si doux

quelquefois

Il suffirait de ne plus injecter

toute cette peur

dans tes veines

Il suffirait de le vouloir

c’est si simple

Il suffirait de ne plus creuser de trou

dans ton ventre

à croire que tu ne sais faire que ça

regarde toi

tu étais si souriant

quand tu étais petit

3

Tu le rempliras

ce trou

Tu deviendras!

que tu le veuilles

ou non
4

Tu es le trou

et tu es la pelle

ne l’oublie pas

Thomas Vinau

 
 
 
 

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ile 03/08/2007 23:51

Il est très fort ce texte, prenant. Un véritable tête à tête, un carrefour. "Tu es le trou et tu es la pelle, ne l'oublie pas", cette phrase superbe porte la lutte du poème, la limite et l'absolu.

LC 02/08/2007 18:10

plus fort, plus fort, nom de dieu (et chacun dans son trou à cochonnerie!)