Coeur

Publié le par la freniere

Vous éructez
le sens de vos génuflexions
mais où est le cœur
où est le cœur
où est-il
je ne le vois pas
je ne vois
sur la croûte de vos tapis
que les amas de la sueur acre

des immodérés de la luxure et du pouvoir

ma connivence
quant à moi
ne me le reprochez pas
est ma constellation des indolences
quand

ce mat englué de tous les verbes de la musique

me transperce
quand
la frégate bleue
m’emmène vers ces terres rachitiques
ou des excroissances incestueuses
ouvrent les vents chaloupés d’un ghazal
quand
je l’entends
Elle
alors que mon cortège funéraire
s’enfonce dans le terroir du silence
tambouriner
encore
encore
pas à pas

toutes les truculences de l’intoxication

Umar Timol   Ile Maurice

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article