Tout autant

Publié le par la freniere


Je voudrais être l’air

pour te toucher partout.

Je voudrais être l’arbre

pour te voir de loin.

Je voudrais être l’eau

pour te voir de prêt.

Je voudrais être la chaleur

qui enveloppe ton corps.

Je voudrais mettre en nous

tout l’amour du monde.

Je voudrais être à toi

comme un doigt à la main,

comme une langue à la bouche,

comme un cœur à la vie.

Je voudrais être en toi

comme tu es en moi.

Je voudrais être aimé

tout autant que je t’aime.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

noga 10/11/2007 23:16

Bonjourje viens de decouvrir ton blog, et j'ai trouvé en tes poemes et tes ecrits les mots que j'ai toujours cherché.j'ai beaucoup aimé ce poeme.continue.