Pourquoi les hommes ?

Publié le par la freniere

Pourquoi les hommes ont-ils si peur d’aimer, si peur de la paix, si peur d’être libres ? Les écrans des portables ont épongé leur âme. Les femmes ne servent plus qu’à vendre des voitures, des yaourts, des gels. Les gamines qui jouent ne sautent plus à la corde. Elles bercent dans la peur leur enfance volée. Elles sucent le voisin à la pointe du couteau. Même le cours du fleuve suit le cours de la Bourse. Les eaux descendent quand monte le huard. La mer a épousé le flux des capitaux. Les plages se monnayent comme des courtisanes. Les intérêts de la haine ont mis le cœur en faillite, l’espérance à la rue, la tendresse au chômage. Les enfants naissent avec une arme dans la main, une seringue au bras, un écran dans les yeux, le désespoir aux tripes, les pieds sur un champ de mines. Les fleurs éclosent avec la mort dans l’âme. Les prières sont devenues des ordres dans la bouche des soldats. Rongés par la paperasse et le bilan des chiffres, les mots ne voudront plus rien dire si les poètes se taisent. Ils bafouillent déjà sous la cagoule des slogans. Les mots je t’aime, ne prends pas froid, le mot amour, le mot frère ne sont plus que rictus, un bafouillage de fou, les cris d’un demeuré qui se berce en rêvant. Le pain ne sera plus que le voisin qu’on mange, le blé qu’on assassine, l’étranger qui fait peur. La mémoire en lambeaux sur la place du marché, entre la tour d’ivoire et la tour de Babel, je cherche la sortie.

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle 25/09/2007 22:48

Richesse des mots simples des pauvres gens..   "Ne rentre pas trop tard...  Surtout ne prend pas froid..."