Ile Eniger ou la fleur dans les ronces

Publié le par la freniere

Ile-juillet-2007-072.jpg
« Entre le goût des images cosmiques, la quête d'un autre souffle ou la recherche du sien propre, il y a un espace d'une prose attentive, juste, d'une réflexion, d'une beauté qui s'accomplit, d'un chemin de feu pour se connaître, aimer et apprendre. A lire, à suivre, pour connaître encore celle qui "n'invente rien qu'elle ne soit déjà ".

Olympia Alberti - Actualités littéraires Nice-Matin

« Quelque chose transpire de la haute étagère. L’orange, la cannelle. L’attente goûte aux fruits. Ma tête est un vin, sucs mêlés, sucre et eau, langue sapide. Les appétits reviennent. Grains piquants. Grains désirs. Grain plaisirs. Cette joie dans l’été. La chaparde. Compulsive. Ce jour, quatre heures, à l’esplanade du goûter, ma terre d’érection est une table mise.»

Née dans le Thor, de la même glaise que René Char, Ile Eniger, imperméable aux modes et aux jeux de coulisses littéraires, mène une recherche unique dans la poésie française. Elle avance vers un dépouillement de plus en plus riche de sens, dans une quête de l’essentiel où chaque mot retrouve sa force initiale. Pas de fioriture. Pas d’emphase inutile. Sur les pages d’Ile Eniger, on n’entend pas le bruit du papier mais celui de l’encre. Il n’y a pas de blancs dans ses poèmes mais des géodes où s’irise le sens.

« Le fil d’horizon et l’aiguille du temps exercent immobiles une patience longue. Ils me semblent courageux.»

La poésie d’Ile Eniger, très incarnée, très enracinée, porte au détour d’un point ce grain de folie qui nous fait basculer dans la conscience cosmique. Dans ces phrases lapidaires, cette écriture terrestre, c’est le ciel qu’on frôle. On retrouve à la fois la rudesse et la douceur du sacré dans ce qu’il y a de plus concret. Ses racines d’encre et de chair ont une préhension très spirituelle des choses.

« C’est venu comme un grain. L’instant d’avant tout était calme. Je cousais. Puis le fil s’est cassé. Pourquoi ais-je pensé synthétique il eut mieux résisté. De coton, je le croyais solide. Je pense aux blessures anciennes. Qu’est-ce qui n’est pas solide ? L’eau, on peut s’y noyer. Il fait chaud, c’est l’été, je prends un verre d’eau, le verre cette eau solide, je dis, de l’eau dans l’eau. Seul un oiseau m’entend, qui s’arrête entre deux prospectives. Le soleil ruisselle dans un carré de jour, je mange des cerises, la manche du jour essuie le ciel, voilà une fortune. De fil en fil, je pense aux graviers de souliers, aux cailloux de ruisseau. D’une à l’autre pensée, je ne bâtirai rien, aujourd’hui, que ce vagabondage.»

Ile Eniger écrit comme une funambule, une danseuse sur le fil. Elle ne contourne pas les obstacles, mieux, elle les intègre dans sa danse. Écriture sans joliesse, sans mièvrerie, sans concession, sans complaisance. Ses mots ont la beauté des pierres, la force des racines, l’entêtement des ronces sans leur foisonnement. Ce n’est pas seulement le cœur qu’on entend battre mais la colonne vertébrale du mot quand il se tient debout.

 

« Les mots trahissent qui ne disent pas juste, pas assez, pas vraiment. Qui ressemblent à d’autres, portés et retournés. L’effet miroir, tiroir, dentelles réchauffées, je fuis. L’imagination même ramène des pétards. Je veux la lave, le pur jus de volcan. Le dire. Le faire. Cet amour. Écrire un vide tiens, un vide d’air sous aile. Un immense blanc neigeux qui n’a pas commencé. Une jument nerveuse. Je veux dire ce qui. Et qui ne s’écrit pas. Écrire est trop petit. Que puis-je encore t’écrire que je ne t’aurais dit ? Cette lettre m’agace, tous ses mots bien rangés, aplatis au rouleau comme une pâte à tarte quand je veux les veux laser, brandons, brasure et le chaud du métal. La preuve du brasier. La matière vivante. Ce qui se voudrait grand. Faim et pain mélangés. Le cru des mots sans accompagnement. Vertige. Et sens dessus dessous ce que je ne sais dire et que je dis pourtant, la lettera amorosa.»

Mêmes fermées sur elles-mêmes, les phrases d’Ile Eniger ouvrent sur le tout. Les points et les virgules y sont comme des galets dans l’eau du fleuve. Si dans leur réussite formelle, les textes d’Ile Eniger semblent clos, il ne faut pas se leurrer. On voit la fleur à la seconde lecture, tout le bouquet à la troisième. Ensuite, on sent la pluie et le soleil sur chaque pétale, le sang de l’écrivain dans chaque mot, le sens dépouillé de sa gangue. L’intime rejoint l’universel.

« C’était un jardin. De fleurs petites. De graines d’altitude. De gestes de semeur. Un credo lent de joie qui croyait à la joie. Et plus je crois. C’était un jardin de hasard qui faisait bien les choses. Un espace clos, protégé des malveillants. Peut-être. Vinrent les hommes, les jardiniers. Le jardin luminait d’un étonnant printemps. Ils ouvrirent, cueillirent, coupèrent, jetèrent. Plusieurs fois. La terre ferma ses bras. Plus d’oiseaux, seule la douleur des fleurs. Je crois. Ils ont fait un immeuble. Le soleil n’entre plus. C’était un jardin. De fleurs petites. Un jardin.»


BIBLIOGRAPHIE
Editions Alternatives et Cultures : Regards vers ailleurs (épuisé)
Editions Corporandy : Empreintes (épuisé)
Editions Cosmophonies : La parole gelée - Les Terres rouges - Une pile de livres sous un réverbère - Du feu dans les herbes - Celle qui passe
Editions Chemins de Plume : Du côté de l'envers - Il n'y aura pas d'hiver sans tango, mon amour - Le bleu des ronces - Bleu Miel
Editions Collodion : L'inconfiance (livre d'artiste avec sérigraphies de C.Cuenot - série limitée) - L'inconfiance (librairie)
Editions Le Librefeuille : Le désir ou l'italique du jour (livre d'artiste avec encres de M.Boucaut - série limitée)
Editions Les Citadelles : Collectif 8-9-11-12
Editions Amapola : D'une île, l'autre, (correspondances poétiques avec le chanteur auteur-compositeur Dominique Ottavi

son site Terres de Vendanges
sur Francopolis


"Ile marche nus pieds pour mieux sentir monter dans ses muscles la musique des pierres. Rageusement elle s’avance nue vers les terres rouges de l’amour. Entrez dans ce royaume, vous y croiserez des fauves et des fous. Ile est quelque part sous un soleil de feu. Comme chacun de nous elle ne redoute et n’attend qu¹une chose, que surgissent de partout les loups de la passion."

René Frégni



pour Francopolis
septembre 2007

 

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ile 28/09/2007 14:11

Merci à Danièle et Colette pour leurs regards amicaux sur mon écriture. Et Merci encore à JML pour cet article élogieux sur Francopolis. J'essaierai de mériter tout ça !!!

colette 28/09/2007 01:33

Magnifique hommage, mérité à IleMerci Jean-Marc de transmettreMerci Danièle de ta chaleureuse fidélité

Danièle 27/09/2007 23:56

Belle page en l'honneur d'une Grande Dame des mots..  Colette et Ile,  j'aime l'authenticité de ces deux Magiciennes du verbe...