De cela

Publié le par la freniere

Je veux parler juste. Ma parole de femme. Le jour un peu moins lourd, les paupières moins lasses. Porter la cruche à deux, quatre mains pour puiser. Pailles et poutres jetées. Je n’ai qu'aimer, des sandales vieilles, quelques mots de papier. Passante qui va son attention de la femme nouée à la femme tranquille, les racines réparent la colère des hyènes après les derniers cris. Plus haut que mensonges et joutes de phrases, une matière droite maintient debout, encore même après tout passage. Les femmes ont deux saisons, le sang et les ailes. La deuxième demande l’exact d’un appui d’air et le vide à com-prendre. Je parle de cela, cette montagne encore lorsque s’arrête la montagne. Je parle de cela qui ouvre la porte, après la porte.

Ile Eniger  Un coquelicot dans le poulailler


terresdevendanges.over-blog.com/

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jml 10/10/2007 20:26

Le bonheur est pour moi.

Ile Eniger 10/10/2007 20:00

Merci Jean-Marc du bonheur de me retrouver chez toi.