Moi aussi moi non plus (France)

Publié le par la freniere

« Tu n’as rien vu à Hiroshima »
Marguerite Duras


Moi non plus, je n’ai rien vu à Hiroshima.
Ni bleuets, ni glaïeuls.
Je n’ai rien vu nulle part.
Moi aussi, j’ai pleuré sur l’horreur de l’oubli,
sur les guerres, les charniers,
les gisants disloqués qui hantent les images.

Moi aussi, j’ai désiré avoir une mémoire de pierre,
Une mémoire d’asphalte sillonnant inlassable
Le couloir de mes veines.
Je me voulais intact et révolté
Dans la démesure squelettique
Parmi les blessures calcinées du monde.
Je me voulais debout
Comme l’arbre de Hiroshima,
Le Jinkgo Biloba aux dix mille racines,
Aux dix mille soleils..




Et voilà que je compte
Les éclats de mon sommeil de verre,
Un minuit sans horloge
L’hiver des solitudes qui cerne la maison
Avance à pas feutrés.
Fleurs moisies au velours incarnat,
Des ombres ont éclos sur les murs.
La vie aura passé comme une caravane.
Les chiens aboient à la dernière étoile
Là-bas où l’herbe est rare.

L’acidité du temps corrode la mémoire.
Vous m’oubliez déjà malgré ma dissemblance.
Moi aussi, je deviendrai une chanson.
Moi non plus je n’ai rien vu à Hiroshima.
Ni belles de nuit, ni belles d’un jour.
Je n’ai rien vu nulle part.

 
Roger Lecomte

Il publie aux Éditions Chemins de plume


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article