Le landau de l'espoir

Publié le par la freniere


Du ptérodactyle aux androïdes,

avant d’être en idées,

en armes ou en habits,

les embryons sécrètent

le sang de l’infini.

 

Dans la cour aux miracles

on a tanné les peaux

pour faire des valises

transportant des mirages.

 

Quand le soleil se couche

sur l’horizon comptable

l’oiseau est à la baisse

  à la bourse des arbres,

les fleurs sont en dettes

et le grain meurt de faim

dans l’hypothèque du pain.

 

Au bord du monde en ruine

une fillette pousse

un landau d’espérance.



 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Danièle 15/10/2007 00:20

  "Et le grain meurt de faim  /  dans l'hypothèque du pain.." Tout est dit..