Une chambre (Québec)

Publié le par la freniere

j’habite une chambre inquiète

 

on y entend parfois un rire

 

parfois un cri

 

je veille et je guette

 

la couleur des ombres

 

que la lune y jette

 

j’habite une chambre concrète

 

aux murs de chair et d’os

 

parfois solides

 

parfois fragiles

 

les fenêtres de ma chambre

 

donnent sur le monde

 

jamais en paix

 

toujours en guerre

 

j’habite une chambre ouverte

 

on m’y a laissée pour morte

 

quand j’ai fermé les yeux

 

il n’y a plus de porte

 

j’en ai fait un feu

 

contre les tempêtes

 

c’est la chambre où je vis

 

parfois très grande

 

parfois qu’un abri

 

j’y invite qui veut

 

l’amour la désencombre

 
 
 
Michel X Côté

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article