Le premier mot

Publié le par la freniere

J’ai pris le premier mot comme un tramway ancien, un très long toboggan, un cercueil à roulettes, une phrase à pédales. J’ai pris le premier mot et glissé sur la page. J’ai traversé la mer et les villes en coup de vent. J’ai pris le premier mot et il ne disait rien. J’ai pris le premier mot comme un hurluberlu se cherche dans la foule et ne trouve qu’un os, un nuage, un trou d’homme. J’ai pris le premier mot et c’était le dernier, celui qu’on n’écrit pas sauf à l’envers du temps. J’ai pris le premier mot, c’était le premier pas. J’ai pris le premier mot comme on chante en marchant. La musique est partie mais le mot est resté. J’ai pris le grand désert pour la terre promise, l’enfer pour le ciel, le papier pour la route. J’ai pris le premier mot sans me rendre jamais tout au bout de mes phrases. J’ai pris le premier mot, celui qui fait le mort et trempe ses voyelles dans la soupe du cœur. J’ai pris le premier mot, celui qui parlait haut, celui qui parlait bas, celui parlait pas. J’ai pris le premier mot guettant au bout des choses les détours du matin. J’ai pris le premier mot et je me suis perdu. J’ai pris le premier mot et c’était un vieil os rongé par le silence. J’ai pris le premier mot et c’était un couac, un bémol, un dièse. J’ai pris le premier mot et je cherche depuis sa place dans la phrase.

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Daniele 14/12/2007 01:01

Premier ou dernier.. Et si la phrase n'était qu'un mot....Merci pour vos mots....  à quelle que place qu'ils soient...