Des kilomètres de laine

Publié le par la freniere


Il ne faut pas pleurer sur l'homme
mais lui apprendre l'espérance.
Il ne faut pas craindre la mort
mais apprendre à aimer.
Il ne faut pas désespérer
mais relire Bobin et le gitan Kerwich.
Il ne faut pas prier dans une église
mais à la messe des cigales.
Il ne faut pas vêtir l'enfant dans un habit de cendre
mais redonner aux vieux leurs billes et leur ballon.
La tendresse n'est pas dans les mots que l'on dit
mais les gestes qu'on pose en façonnant les choses.
Il ne faut plus compter les heures
mais boire l'eau des contes
et relever les fleurs piétinées par la horde.
Ne pleure plus maman.
Je veux t'embrasser dans la distance
De la vie à la mort,
Te tricoter des mots comme des bas d'hiver,
Des kilomètres de laine protégeant de la haine.
Je veux te dire je t'aime
Pour toutes les fois où je ne l'ai pas dit.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article