L'avenir cloué sur les portes de la grange

Publié le par la freniere

Il faudrait une serpillière
immense
pour éponger tout ce brouillard
Les gens d'ici
sont comme des corbeaux
plantés sur des poteaux de clôture
au beau milieu d'une vallée sans bord
Je ne sais pas où ça nous mènera
mais ce n'est pas moi qui t'apprendrai
que les routes
sont toujours les dernières
à savoir

où elles mènent

Thomas Vinau

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article