Fermer pour toujours (France)

Publié le par la freniere

Fermer pour toujours la maison
Sans pleurnicher ni oublier
" la Cerisaie " flotte en mémoire
Une larme de rose, un poil de noir

quarante ans de joie et de pleurs
Fichus moments, gros bouquets d’fleurs
Les fous rires au p’tit déjeuner
Les coups d’blues du dimanche soir
Les mômes à poil sur la pelouse
Sous les orages de fin d’été
Flaque de soleil au pied du mur
Complicités dans la soirée
Les deux filles enfin douchées
Le cumulus est épuisé

Eclaboussés de couleurs fortes
Des tableaux accrochés partout
Et partout des montagnes de livres
Empilés au sol, n’importe où
Regarder en rigolant
Le film idiot du dimanche soir
Sous la couette du lit géant
Dans la bonne odeur des parents
La vie
….
En douceur le rock des ados
Succède au jazz des aînés
Brassens à l’unanimité
Beaucoup d’gâteaux
Beaucoup d’bougies
Les happy birthdays, cadeaux
La vie…
.
Un soir, le cercueil de grand-mère
Ou le pimpon d’une ambulance
Un fils opéré, un trou noir,
Convalescence, regain d’espoir
La vie-souffrance
Horaires harassants en hiver
Glaçons, apéros, robes d’été
La vie légère des jours légers
Colère, regrets, mauvaise humeur
Les jours des mauvais quarts d’heure
Les cœurs tranquilles, le silence,
Grande douceur, la vie qui danse
On se taquine, on s’asticote
On s’engueule, on s’rabiboche
Ne sont pas loin les mamours
C’est la vie au jour le jour
" La Cerisaie " me souffle au coeur :
" Derrière vous, une dernière fois
Quarante ans de votre vie
Bien vivants, plutôt heureux
Ensemble…sous le même toit

 
Aglaé Vadet

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article