La plage de Neruda

Publié le par la freniere

La ville de nuit garrotte le silence. Sur la route encombrée, l'hémorragie mobile crache ses fumées. Un va et vient brutal ne sait plus où il va, ce qu'il fait, ni pourquoi. La ville vend ses mensonges, ses bassesses orchestrées. Elle vomit ses night-club, ses viandes faisandées. Elle éructe ses néons, ses jeux de basses fosses. Les bruits racolent, violent, trouent les cellules. Le plaisir se joue à l'heure de la soupe, à l'aune de l'alcool, au poids de la détresse. À coups d'indifférences, le manège infernal embarque ses démences, déballe sa camelote, monnaye ses illusions. Au bord de la mer, les oiseaux dorment dans les creux de roches, la lune éclaire le dessus des vagues, des étoiles veillent, paisibles. L'eau caresse doucement les pieds de celle qui demande : "s'il vous plaît Monsieur le Vent, c'est où est la plage de Neruda ?"  Mais le vent ne répond pas.

Ile Eniger     Poivre bleu

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article