Petit poème

Publié le par la freniere


Un arbre dort près de la fenêtre.

Je veille dans ses feuilles.
J'avance dans ses branches
avec une infinie douceur
pour ne pas déranger
le rêve des oiseaux.
Je regarde la lune
qui allume les pierres.
Des mots sur la gorge,
une cicatrice dans la voix,
j'en ferai un poème
pour traverser la nuit.




Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article