Tombeau de Robert Gravel

Publié le par la freniere

Bob est mort le 13 août 1996

 

Tu t’inventeras une autre vie

dans des rumeurs inimaginables pour nous

sous un ciel de feux renversés

 

Tu te baptiseras de noms inventés

poètes imaginaires Empédyon de Stace

ou Staèce de Millet en plaisantant

dans un chaos souriant où l’amour te salue enfin

des filles aux cheveux teints dans des chandails de laine

te saluent du sourire enfin redonné des choses

et toi tu avances les lèvres

extrême limite des lèvres contre le premier rang de l’air

première colonne d’atomes de l’air

du bord du bord de la dernière rangée d’atomes de ta lèvre

 

what was the exact taste of it Bob

was it like strange was it of human bondange

 

péninsule du souvenir

est goutte sur ta langue

quelles choses pleuraient dans la pièce

quelle ombre improbable s’allongeait

tu es devenu plus humain en cessant d’être

accompli le temps ou laissé ouvert

irréparable
 gravel2.jpg

Te voici départi du monde

en route vers les soleils dédoublés

là sur les rives de l’insommeil

l’œil en mèche pour incendier

les territoires obscurs de l’Élysée

parmi les ombres

as-tu bien réparé ce qu’il y avait à réparer

avant le départ

as-tu dans la seconde où tu as basculé dans les heures inouïes

as-tu ramassé ce qui t’était cher

et si non

dis-moi quoi

que je te l’envoie

par delà l’eau sans goût

dans laquelle le reflet des étoiles ne traîne pas

 
Alexis Martin
 

Comédien, auteur, metteur en scène et professeur, Robert Gravel a marqué son époque à titre d'homme de théâtre précurseur et créateur. Co-fondateur du Théâtre Expérimental de Montréal (TEM), du Nouveau Théâtre Expérimental (NTE) et d'Espace Libre, il fonde en 1977 la Ligue Nationale d'improvisation (LNI) qui allait connaître un succès retentissant au Québec et à travers le monde et dont il a présidé la destinée jusqu'à sa mort.

De l'équipe des Jeunes comédiens du TNM, où il fut remarqué, au début des années soixante-dix, comme l'un des acteurs importants de sa génération à l'édition posthume de ses textes dramaturgiques, (la trilogie de la Tragédie de l'homme : Durocher le milliardaire, L'homme qui n'avait plus d'amis et Il n'y a plus rien) et la création de sa dernière œuvre : Thérèse, Tom et Simon, en passant par ses interprétations magistrales dans le cycle Vie et mort du Roi Boiteux de Jean-Pierre Ronfard et dans Matroni et moi d'Alexis Martin, la carrière de Robert Gravel, au théâtre, s'est dessinée sous le signe de l'audace et de l'inventivité. Trois ans après son départ prématuré, il revenait hanter les coulisses du Théâtre du Nouveau Monde, comme auteur, cette fois, avec la reprise de sa pièce Durocher... créée au NTE quelques années auparavant. Au cinéma et à la télévision, il a marqué d'une aura indélébile les principaux rôles qu'il y a tenus.


Robert Gravel a enseigné l'improvisation théâtrale à l'École nationale de théâtre de Montréal, au Cégep de St-Hyacinthe et animé de nombreux ateliers de formation.

Sa carrière d'improvisateur-joueur demeure l'une des plus fructueuses. Il est également co-auteur, avec Jan-Marc Lavergne, de deux ouvrages sur l'improvisation théâtrale parus chez Leméac Éditeur : Impro; réflexions et analyses et Impro II;exercices et analyses.

 

Publié dans Les marcheurs de rêve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gentle13 25/02/2008 19:08

Bonjour, je passe de temps en temps visiter votre blog que je trouve superbe, j'apprécie votre façon d'écrire. J'ai crée un forum de discussion sur mon blog se cela vous tente d'y venir cela me ferait le plus grand plaisir.AmicalementPaul