Sans un cri

Publié le par la freniere


Mon loup est mort.

Les branches de bouleau ont le deuil en écharpe.

J’ai le cœur en mille miettes,

un os à nu dans la gueule des mots,

                                                                                            un cœur de patte saignante

prise au piège des hommes.

Il me faudra brouter le givre du silence,

marcher sans traces dans la neige.

Même mort sans un cri,

                                                                                            mon loup n’a pas quitté ma voix.
  
Ses poils traînent partout au milieu des voyelles.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

colette 08/03/2008 09:15

Chibouki... dans ta voix, dans tes voyelles, dans ta vie, dans sa mortMais il a eu, vous avez eu, la chance de vous rencontrer !

JMD 06/03/2008 22:27

C'est absolument désolant comme nouvelle. Je suis de tout coeur avec toi. ♣

Jorge 06/03/2008 19:04

Pétrit ton coeurLa voix amieY restera sertieComme une pierre précieuse

Ile 06/03/2008 17:07

Il est époustouflant ce texte, à tous niveaux  !