Les Nigger-Frogs (Ontario)

Publié le par la freniere

Que ce soit à la C.IP.

                   à la Spruce Falls
                   à la G.M.
                   à IVACO
                   ou à l’INCO
 

il y a des milliers d’heures

où chaque battement de nos cœurs

sert à remplir des poches

qui ne sont pas les nôtres

 

Bûcheux, mineurs, fermiers

Truckeux, plongeurs

Hommes à engager

Homme à louer

Hommes à scier

Hommes à paqueter

Hommes à ramasser

Hommes à laver

Hommes à placer

Hommes à pousser, charrier, laver, baisser, plier, écraser

 

Ti-cul, Ti-pit, Ti-coq, Ti-Gilles

Johnny, Moineau, Rats, Ouaron

 

Nous sommes l’odeur même de la C.I.P.

                                               de ka Spruce Falls

                                            de L’Inco

Nous sommes le travail à la chaîne chez G.M.

Nous sommes les arracheurs d’arbres pour la Chicago Tribune

Nous sommes l’histoire d’immigrants Cheap labour

Nous sommes les Nigger-Frogs de l’Ontario

 

Nous qui avons la terre d’icitte dans le ventre

La langue de l’autre toujours à l’oreille

Et la nôtre sur une corde à linge entre deux bières

 

Nous qui avons été la chair à canon dans leurs guerres

Sommes la sueur ;a piasses dans leurs mines et leurs moulins à bois

 

Nous qui sommes

            de rivières, de lacs, de forêts

Nous qui sommes

            des terres à perte de vue
            des rigodons à perdre haleine
            des rires à perdre la tête
            des amours à perdre le cœur
 

Nous sommes les Nigger-Frogs de l’Ontario

 
Et vous

vous qui avez trouvé une place ailleurs, malgré votre nom

vous qui parlez sans accent pour la santé de votre compte en banque

vous qui portez le col blanc et le briefcase

vous qui dormez entre de beaux draps blancs

vous qui aurez toujours voulu planter vos fils

dans le jardin de l’autre côté de la clôture

 

vous dites que votre maison est solide

mais la forêt est vendue, et depuis longtemps

 

Nos racines sont dans une terre à loyer

et on efface nos traces à chaque pas

 

Votre silence en a fait taire plus d’un

Pour toujours
 

Mais si nous écrivons, si nous parlons, si nous crions

 

Nous, les Nigger- Frogs de l’Ontario

 

C’est pour ne plus jamais se taire

C’est pour ne plus jamais se cacher

C’est pour ne plus jamais se dire sans chez nous

C’est pour ne plus jamais avoir peur, ni se faire peur

C’est pour ne plus jamais avoir à faire la belle pour un os

C’est pour ne plus jamais se rabaisser les yeux devant ceux

                                               qui dînent avec les juges

 

C’est pour ne plus jamais s’empêcher de chanter

                                       s’empêcher de danser
                                         s’empêcher de rire
                                         s’empêcher d’aimer
 
C’est pour ne plus jamais se taire
C’est pour ne plus jamais se taire

C’est pour ne plus jamais se taire…

 
Jean-Marc Dalpé

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jml 13/03/2008 15:41

Les Canadiens anglais ont l'habitude d'appeller les Québécois et les Franco-Canadiens, les Frogs. Il est ici question des Franco-Ontariens. À la même époque ont disait des Québécois qu'ils étaient les Nègres blancs d'Amérique.

Michèle 13/03/2008 14:25

"litanie" pardon !!!

Michèle 13/03/2008 14:23

J'aime beaucoup cette "lithanie", comment en savoir plus sur les nigger frogs ?