Sur le bord d'une page

Publié le par la freniere


J’ai trop joué j’ai perdu pied

avec des larmes de stylo

des armes de papier

les bras d’une poupée

les fils des marionnettes

 

j’ai perdu les pédales

j’ai perdu mes pétales

sur les fleurs du tapis

mes vers qui riment à rien

mes mots de porcelaine

mes pieds d’argile

mes pas de danse

 

j’ai perdu pied

je marche sur les mains

avec des petits doigts de pluie

et des pas d’herbe verte

je fouille la poussière

avec les chiens loqueteux

qui lapent les ornières

 

Je tricote la vie

avec des bouts de ficelle arrachés

à la pelote de haine,

le blé en herbe

fauché par les années,

le fil du temps perdu

entre le sel et l’eau,

le couteau de l’éclair,

les poignards cachés

dans les fourrés de l’amour,

les griffes de la peur

dans le cœur d’une rose.

 

Je dessine la mer

dans la poussière des jours

avec des crayons de brume

sur le bord d’une page.

Je réveille le sel

dans le sommeil des éponges.


Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ile 19/03/2008 14:16

Jean-Marc, quelque forme que prenne ton écriture elle est excellente ! je suis vraiment "scotchée" par ton talent !

colette 19/03/2008 12:10

à la "brume" de ta mine tu colores nos regards !