Paroles indiennes

Publié le par la freniere

Fortunato Ramos

Ne te moque pas de l’indien
qui descend des montagnes
laissant ses chèvres et ses douces brebis,
ses terres à l’abandon.
Ne te moque pas de l’indien si tu le vois muet
un peu fruste et tout assommé de soleil.

Ne te moque pas si à travers rues
tu le vois trottant comme un lama
une guanaco apeuré, un âne rétif
poncho et chapeau sous le bras.

Ne méprise pas l’indien si au plein du soleil
tu le trouves tout emmitouflé dans sa laine
et trempé de sueur.
Pense, ami, que celui-là descend de là-haut
où un vent de glace entaille les mains
et fait éclater les cals des pieds.

Ne ris pas de l’indien si tu le vois
mâchant son maïs cuit
ou cette viande dure qu’il a traîné jusqu’ici, sur cette place,
par quelque sentier glacial ou le long d’un fleuve.

Le voilà qui descend vendre ses cuirs, vendre sa laine
pour acheter son sucre, ramener sa farine.
Il aura même sur lui sa monnaie et son manger
pour ne rien devoir te demander.

Ne te paye pas de sa tête d’indien qui vit sur sa frontière
par là-bas, vers le col de Zenta,
car si tu vas par ses montagnes
il t’ouvrira les portes de sa cahute
te versera son alcool de maïs et te passera son poncho.
Près de ses gosses, tu mangeras ce qui lui reste
et rien en échange.

Ne te paye pas la tête de cet indien qui cherche le silence
et fait monter ses fèves entre les caillasses d’ardoises
là-bas, sur ces hauteurs où rien ne pousse.

Car c’est ainsi que survit l’indien sur sa propre terre
sa terre mère, sa Pachamama.



Poème de Fortunato Ramos interprété en français par Yves Heuté, écrivain.
Noemi Coronel, professeur indienne de Saltade Salta a aidé Yves Heuté à traduire les « indianismes » de l'auteur.


***********


No te rias...


No te rias de un collo que bajo del cerro,
Que dejo sus cabras, sus obejas tiernas, sus habales yertos;
No te rias de un colla, si lo ves callado
Si lo ves zopenco, si lo ves dormido.

No te rias de un colla, si al cruzar la calle
Lo ves correteando igual que una llama, igual que un guanaco,
Asustao el runa como asno bien chucaro,
Poncho con sombrero debajo del brazo.

No sobres al colla, si un dia de sol,
Lo ves abrigado con ropa de lana, transpirado entero,
Ten presente amigo, que el vino del cerro, donde hay mucho frio,
donde el viento helado, rejeteo sus manos et partio su callo.

No te rias de un colla, si lo ves comiendo
Su mote cocido, su carne de avio
Alla en una plaza sobre una vereda o cerca del rio;
Menos! Si lo ves coquiando por su Pachamama.
El bajo del cerro a vender sus cueros,
A vender su lana, a comprar azucar, a llevar su harina,
Y es tan precavido, que trajo su plata,
Y hasta su comida, y no te pide nada.

No te rias de un colla que esta en la frontera
Pa'lao de La Quica o alla en la alturas del abra del Zenta,
Ten presente amigo, que el sera el primero en parar las patas
cuando alguien se atreva a viola la Patria
No te burles de un colla, que si vas pa'l cerro,
Te abrira las puertas de su triste casa,
Tomaras su chicha, te dara su poncho,
junto a sus guaguas, comeras un tulpo y a cambio de nada.

No te rias de un colla que busca el silencio
Que en medio las lajas cultiva sus habas
y alla en las alturas, endonde no hay nada
Asi sobrevive con su Pachamama!



Fortunato Ramos

Poète indien de Humahuaca, petit bourg des Andes au nord de l’argentine où l'écrivain Yves Heurté l'a rencontré.
Fortunato Ramos est tout à la fois instituteur itinérant, musicien, conteur traditionnel et paysan. . Chantre reconnu de la condition indienne, il a toujours refusé de renier sa condition de pauvre pour une gloire qu’il estime être la porte de la trahison. Il parle écrit et chante dans le langage des indiens de sa région, un espagnol très terrien et très simple .


Publié dans Paroles indiennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Gabriela 18/02/2018 11:38

Merci pour cette traduction!!! je suis argentine, mais je voulais partager ce poème avec mes amis francais! merci pour faire connaitre à Fortunato Ramos