Ils ont dit

Publié le par la freniere


La poésie est fondamentalement une entreprise de dissidence. Être poète, se reconnaître poète, c'est, du même coup, reconnaître qu'on se situe à angle droit avec ce qu'il est convenu de nommer imprudemment, bien légèrement, le Réel. Le poète rentre en guerre avec ce réel. Il n'en accepte ni les formes, ni les lois, ni les aspects les plus saillants. Rival de Dieu, il voudrait corriger, sinon abolir ce réel, cette pauvre construction-patchwork.
À l'image, définitivement sacrée, de Rimbaud, il exige la vraie vie. L'Absolu. Il n'entend pas se limiter à ce territoire étriqué, à ce vol lourdaud d'oiseau aux ailes coupées qui constituent son lot, sa croix depuis le berceau. Egaré dans la foule grise, aux épaules tombantes, il crie farouchement: "Orages désirés, levez-vous!". Il veut, à tout prix abattre les murs qui dérobent la lumière, l'immense espace, la voûte constellée.


André Laude
Préface à l'anthologie "REBELLES ET RÊVEURS"
quatorze poètes polonais contemporains
La pensée sauvage éd. _ 1980.

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Tit'Anne 14/04/2008 10:54

J'aime beaucoup cette vision et cette mise en forme (toujours périlleuse) du poète et de la poésie."Entrer en guerre contre le réel", expression très bien sentie selon moi, comme toutes autres formulations de cette préface. Vraiment merci pour ce "ils ont dit".