Les gens bien

Publié le par la freniere


J'aime bien les gens bien parce qu'ils sont bien. Ils sont consciencieux et déterminés. Ils ont l'amour des choses bien faites, un travail bien fait, un enfant bien fait, un compte en banque bien fait. Les gens bien sont intelligents mais ils n'aiment pas les conversations intelligentes. Ils aiment tout ce qui est utile. Les femmes parlent ainsi de leurs enfants, de la mode et des recettes de cuisine. Les hommes parlent de football, de politique et de bière. Il leur arrive d'évoquer la religion mais ils n'y comprennent pas grand-chose. Leur savoir se limite à la pratique de quelques rituels. Il est bon de savoir, par ailleurs, qu'ils croient en Dieu mais prient l'argent. Les gens bien puisqu'ils sont modérés en tout, lisent avec modération. Ils ne se sentent pas tout à fait à l'aise dans le monde de l'esprit. Ils n'aiment pas aller au fond des choses. Ils lisent des livres utiles, ' faire de votre enfant un génie en moins de dix jours', ou sirupeux, Coelho, Gibran et Steele. Les gens bien ne sont pas racistes mais ils ont quelques préjugés. Rien de très grave puisqu'ils n'en parlent jamais en public. Il faut quand même reconnaître qu'ils savent être subtils. Ils donnent libre cours à leur vulgarité instinctive dans le cadre tranquille de la famille, lors du dîner, par exemple, quand ils déversent leur fiel sur ceux 'qui sentent mauvais', les 'paresseux', ou encore les 'fanatiques'. Les gens bien sont les adeptes de la révolte mais de la révolte domestique. Ils sont prêts à s'entretuer pour des questions de patrimoine mais la souffrance des autres ne les concerne guère. Ils veulent changer le monde mais surtout pour le rendre plus conforme à leurs désirs. Ils sont des idéalistes mais leur idéal a pour nom une belle maison dans un quartier chic. Les gens bien parlent le français et l'anglais à leurs enfants. Ils méprisent avec modération le créole, ils estiment que ce n'est pas une langue et qu'elle ne sert à rien. Il faut se souvenir qu'il leur faut des choses utiles. Les gens bien aiment bien les apparences. Ils veulent paraitre, rien de très méchant à vrai dire, ils s'endettent ainsi jusqu'au cou afin d'acheter une voiture pour épater les proches. Ils espèrent secrètement que leur enfant adoré, chéri, leur poulain, pouliche, accédera à l'ultime, au nirvana, à cette clef qui ouvre toutes les portes de l'espace-temps et de l'univers, il, elle, sera créature angélique, œuvre de la transcendance, il, elle, sera boursier de l'état, sera lauréat. Ils passent un temps fou à tenter d'impressionner les autres. Les gens bien s'aiment bien. Ils se croient supérieurs. Ils ont après tout réussi. Ils ne sont pas comme ces fainéants, les pauvres, les tarés, les ratés, qui ne font rien à longueur de journée. Ils prennent le travail au sérieux et ils croient aux vertus de l'éducation. Ils se rendent depuis peu aux conférences ( qui coûtent très chers mais il faut dépenser utile ) des nouveaux gurus du self-help, 'réussir en ne se prenant pas la tête', ' devenir riche en moins de deux', 'être le leader de demain dès aujourd'hui'. Ils y apprennent à gérer le temps, l'argent, leur insatiable envie de réussir et la bêtise. Les gens bien aiment bien la culture, rien de très sophistiqué évidemment, un bon petit film idiot le vendredi soir, une balade à l'hypermarché ou un briani bien graisseux. Les gens bien ne sont pas tout à fait pas progressistes. Il s'en trouve même pour réclamer l'annexion de notre merveilleux pays par une puissance étrangère. Il faut dire que leur sacro-saint confort prend toujours le dessus sur la liberté. Les gens bien sont passés maîtres dans l'art d'énoncer le convenable. On n'est pas parvenu, après une longue enquête, à discerner un grain d'originalité dans ces abysses où ils ruminent. Ils sont, à vrai dire, tellement convenables qu'il leur arrive même de crever de façon convenable. Les gens bien aiment bien la politique mais ils croassent que les politiciens sont tous les mêmes, tous corrompus et que le monde fout le camp. Cela ne les empêche pas de réclamer leur appui quand il s'agit d'inscrire leur enfant dans une 'bonne école' ou de trouver de l'emploi pour un proche. Il faut reconnaître qu'ils s'y connaissent bien, ils ont même une expertise approfondie dans le domaine de l'éthique à géométrie variable. Les gens bien aiment bien l'architecture. Ils construisent des maisons affreuses, un bel exemple, sans doute, de l'ironie post-moderne. La grande maison orange avec un cône bleu, la maison qui ressemble à un gargantuesque gâteau d'anniversaire ou encore celle qui semble provenir d'un mauvais rêve de Disney. On ne peut leur reprocher d'avoir mauvais goût, ils n'ont tout simplement pas de goût. Les gens bien ont quand même des qualités, ils sont l'élément fédérateur, la colle et le ciment de notre île admirable, ils contribuent à sa prospérité, à son avenir brillant et à son inaltérable ennui. Et quand le monde s'écroulera ce sera certainement à cause des gens bien, gens qui croient tout savoir mais qui ne comprennent rien, gens qui cultivent la médiocrité et l'étroitesse d'esprit dans le champ de leur égoïsme, gens à vrai dire, comme vous et moi, gens tout à fait convenables. J'aime bien les gens bien parce qu'ils sont vraiment trop bien.

Umar Timol   Ile Maurice

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article