Un couteau de cuisine

Publié le par la freniere


Vos discours m'ennuient. Vos cris me font peur. Vos mots n'ont pas de sens pour moi. Pour vous, la parole est une arme, un couteau de cuisine, une calculatrice. Pour vous, parler c'est payer ou réclamer des comptes, acheter des sourires ou des larmes comme des fruits chauds dans un stand au bord de la route. Ce voyage est interminable. Comme si les vacances refusaient de commencer. Vous êtes en train de vous engueuler à l'avant, de vous dévorer sous prétexte de combler la chaleur immobile. Vos mots n'ont que des dents. Lucie est à côté de moi, sa cuisse contre la mienne, le casque sur les oreilles. Elle écoute une chanson de suicidaire en regardant au fond du ciel, derrière le paysage de la route qui défile. Elle a trouvé sa technique. Elle n'écoute plus depuis longtemps. Elle bouche par des couches de musique l'espace entre elle et vous. Moi, je crois que je vais tenter autre chose, je vais offrir mon âme au silence. A partir d'aujourd'hui, je me tais.

Thomas Vinau

Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article