Au lever du soleil

Publié le par la freniere


Je t'aime au lever du soleil,
au zénith, au couchant,
du crépuscule au nadir
et d'aval en amont.

Je t'aime du nord au sud,
de l'est à l'ouest,
de la grotte de Lascaux
jusqu'à l'Eldorado,
de l'eau qui brûle
jusqu'au fleuve sans lit.

Je t'aime de la base au sommet,
de l'image dans l'ombre
jusqu'au révélateur,
de la mémoire à l'acte,
de la parole au geste.

Je t'aime de la pierre au poème,
de la terre entre nous
au clair de tes yeux,
de l'épeautre à l'épaule,
de la plaine à la mer
là où la source perd son eau
pour devenir la vie.

Je t'aime à l'improviste,
à l'imprévu, à la chance,
du trait d'encre à l'épure,
des images en éclats
au vitrail du ciel,
de l'infime à l'immense.

Je t'aime de jour en jour,
de plus en plus,
de mieux en mieux,
de mon ombre polaire
jusqu'à ton cœur solaire,
de mes bras à tes mains,
de l'espace à l'espoir.

Je t'aime à l'impossible,
du corps jusqu'au l'âme,
de l'archet au violon,
de l'arbre à la musique,
de la tige à la fleur,
de la vie à la mort.

Je t'aime à l'infini,
de babord à tribord,
de la soif à la source
et du réel au rêve
comme la terre boit son eau.

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article