Hélène (Québec)

Publié le par la freniere


Elle avance dans moi par des voies sans lumière
Et le jour petit-lait se répand tout à coup
Sa main subtile allume à chaque instant la paille cachée
Ah que j'aime cette femme et que le monde est opaque
Le vrai des choses grésille sous les apparences
Et puis l'âme est si bien tapie, on dirait même
Que des eaux secrètes en dedans font notre silence
Elle avance dans moi moi dans elle par bonds
Par blessure par joie par pulsation de l'air
Par battement de racines par danse de feuilles
Mais c'est plein de miroirs au creux de nous
C'est un manège au creux de nous qui ne s'arrête pas
Elle avance dans moi blessée moi dans elle sans tête
Moi dans elle sans yeux sans visage sans mains
Nous nous habiterons l'un l'autre sans raison
Nus sans couleurs au terme du voyage


Pierre Morency


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article