Ils ont dit

Publié le par la freniere

Les poètes de profession ne sont pas tous des poètes. Ils écrivent de beaux poèmes et des drames intéressants, mais leurs poèmes et leurs drames sont souvent froids. Nous donnons à leurs travaux la note très bien et nous passons à autre chose. La raison en est toujours que ce qu'ils écrivent n'exprime précisément que cela : ils écrivent. Derrière, il n'y a rien. Il existe, il est vrai, une théorie très connue selon laquelle l'art, pour être vraiment de l'art, doit trouver sa fin en lui-même ; il n'a pas d'autre raison d'être et il suffit qu'en tant que forme (...) il soit réussi. (...) Pourquoi faire tous ces petits poètes de profession ? S'ils ne sont là que pour "créer des formes", ce sont des gens de loisir, en tant que tels superflus (...) L'art pour l'art peut être une jolie chose et amusante, mais c'est une affaire sans importance entre spécialistes. L'esprit continue lentement et imperturbablement sa route sans même la remarquer. Il n'a pas le temps pour les choses qui n'ont d'autre raison d'être qu'elles-mêmes. (...) Le simple talent est sans intérêt (...) Ce ne sont que masques et draperies (...) La plupart des écrivains écrivent pour montrer qu'ils sont des écrivains (...) Un poète n'est pas un homme de talent ; il est quelque chose de beaucoup plus simple, de plus curieux et de plus incompréhensible. Il n'est pas l'organe de son talent personnel, mais un organe du mon entier qui l'entoure et qui sent avec lui (...) Les poètes sont les seuls dont le public puisse attendre quelque chose qui l'aide vraiment, car ils ont seuls le don de libérer les esprits (...) Ils savent quelque chose que les autres ne savent pas. Ils ont des yeux qui voient plus profondément, qui voient mieux et plus que les yeux du monde (...) Les vérités ne sont rien qui demeure. Mais les poètes qui les trouvèrent, eux, demeurent.

Egan Friedell    en 1910

Publié dans Ils ont dit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article