Le 05.11.08

Publié le par la freniere


C'est un peu étrange aujourd'hui. Il pleut depuis des jours et là tout s'est arrêté. Nous pensons plus souvent l'un à l'autre. Tu m'as appelé deux fois ce matin. Je t'ai gardé longtemps serré contre moi à midi. Dans la voiture il faisait chaud, j'avais mis le chauffage pour la buée. J'écoutais un morceau très doux de Magic Malik en roulant dans les flaques le long des champs trempés. Aujourd'hui un homme noir a été élu président de la première puissance mondiale. Dans les reportages on voit des vieillards pleurer de joie. Il y a comme une tendresse générale. On a envie de croire. De prendre la lumière dans ses bras...

Thomas Vinau


Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article