Ton souffle dans mon souffle

Publié le par la freniere


Le ciel est à la neige. La terre est à la pluie. Notre amour est au monde. Nous sommes au soleil. Tu déposes tous les jours ton souffle dans mon souffle. Ton corps émerge dans mon fleuve. D'aussi loin que la faim, d'aussi loin que la soif, j'arrive à toi le cœur près du miracle. Je viens à l'école de toi apprendre l'infini. Tu es le ciel où s'étoile ma vie. Le merveilleux témoigne du sommet de l'amour. Du premier mot à la dernière page, nous signons le même livre. Je n'en finirai pas de relire tes yeux. Je te sais de toujours comme je suis de toi.

Chaque seconde avec toi accueille l'espérance. Ton sourire en chaussons redresse le matin. Ta tendresse en robe de gitane parfume les jardins. Bras sous bras, cœur à cœur, nous saluons l'orage sous le même parapluie. Ta musique descend le long de mon échine et me fait frissonner. Je monte vers ta vie par l'échelle du dedans. Ca tourne en rond dans ma tête. Tous mes neurones dansent avec toi. Toutes mes idées voltigent comme des papillons. Aujourd'hui, 10 novembre 2008, à 6 heures du soir, je t'aime. Demain, en l'an 2208, à 8 heures du matin, je t'aime encore. Je ne doute plus d'être vivant. Je suis debout, de la base au sommet. La flamme qu'on allume n'annonce plus la cendre mais la chaleur à venir.

Je consens à toi, à notre distance, à notre différence. Je deviens nous par toi. C'est pour toi que je travaille à être. J'ai fait une cabane avec nos mots. Un poème grandit à l'intérieur. Nous refaisons la lumière qui manque. Nous rattrapons la route et l'horizon qui fuit. Sa ligne se dresse verticale pour nous faire monter. Le poids de ta vie sur mon épaule allège mon fardeau. Tu époussètes la parole avec le linge d'un baiser. Tu ranges les souliers dans le désordre de mes pas. J'entasse tes caresses dans le vieux sac du cœur. Nos bras chargés d'incertitudes n'ont plus peur du noir. Ils s'avancent de concert dans la mémoire du monde. Mes yeux s'éveillent dans les tiens. Mes pas commencent dans tes pas. Je ne sais pas où tu finis. Je t'imagine sans limites. Nos souffles se confondent sur la buée de l'âme. Une même lumière traverse nos regards.

Tu es venue. L'éternité sans crier gare a pris la place des secondes. L'espace s'est ouvert bien plus grand que la vie. La musique remplace la mémoire des choses. Nous ne possédons rien que la soif d'aimer. La distance entre nous est un fil de lumière. La moindre des caresses élève le chemin. Penché sur ta poitrine, je respire le ciel. Nous unissons nos vies au lieu exact de nous. Je t'aime comme s'allume un feu qui ne s'éteint jamais.

Ton visage a deux yeux, deux matins pour une journée si belle. Ton visage a deux joues, deux pommes pour mes baisers gourmands. Dans tes pas d'amoureuse toute la terre est en marche. Le monde recommence à chaque fois que tu ris. Au bord de n'être plus, tu as rempli ma vie. Je prononce ton nom comme celui de l'air. Ma rivière t'accueille. Tu règnes sur mes eaux.

De toutes les branches de mon corps, même les plus enneigées, tu as su faire un feu. C'est ta robe en volant qui fait tourner le monde. C'est ta voix que j'écoute dans le murmure cosmique. Depuis toi, depuis nous, j'ai toujours un sourire au fond des poches, du soleil dans les yeux, du sent-bon dans la tête. Au bord de l'abîme, nous gardons l'équilibre à force de caresses.

Ton livre contient toute ma vie. Je le lis page à page, une à une. Chaque mot est une caresse. Que la tendresse est large quand tu la portes sur l'épaule. Que la beauté est douce quand tu la poses sur ma bouche. Que la douceur est belle quand tu m'apportes ta présence. C'est ma vie d'homme d'être avec toi.


Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alexiane 16/11/2008 19:02

Bonjour, je viens à petits pas découvrir cette présentation qui doij-je dire très originale mais qui à mes yeux me plaît énormément. Et ce texte liant le ciel et la terre où les deux souffles se mélangent qui apportent à chacuns la soif, la vie, et l'envie....Je reste là devant votre toile et ai pris un plaisir de vous lire....Passez une bonne fin de dimanche.Bises de Burgondie Alex