Mission du poète ? (France)

Publié le par la freniere


«Cette émotion appelée poésie»
Reverdy


La pensée des «Lumières» a banni l'émotion, brisé le lien entre corps et esprit, entre «lettre» et esprit de la lettre En contradiction avec l'intuition spinoziste. Le poète contemporain doit renouer ces liens perdus ou seulement ignorés...

Existe-t-il une «mission» du poète ? Elle serait à définir selon une époque, un socius, une kultur... Par exemple, se situant loin des «dogmes» et des «écoles», être à l'écoute du surgissement du vivant - une étincelle et une éternité à la fois.


Il s'agit de dire ou de suggérer la condition humaine - mortelle - mais de se délivrer de l' horreur de cette réalité crue pour fêter l'être - pour honorer l'humain encore et encore en construction.


Sur cette route-là, je rencontre la «GENÈSE» - mais aussi les «SAGESSES ANCIENNES», les démarches poétiques les plus diverses. Mais aussi le simple geste de l'homme et de la femme qui croisent votre vie et vous reconnaissent, partagent le terrible et mystérieux fardeau...


Être est à venir. À mi-chemin entre éthique et poésie.


S'il existe une «mission» du poète, aujourd'hui, elle est dans la transmission du frisson d'exister, dans le refus de l'illusion et de l'idole, dans la conscience revivifiée du premier et dernier sentiment du monde : entre non-savoir et évidence de l'infini.


Alain Suied

Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article