Poèmes cannibales de Jacques Desmarais

Publié le par la freniere


Jacques Desmarais, poésie-sucrée


En publiant le livre Poèmes cannibales Loin dans ma campagne, les Editions La Brochure n'ont pas souhaité rendre hommage à un ami mais à un poète qui se trouve être aussi un ami.

Qu'est-ce donc qu'un poète ? N'ayant qu'un contact très irrégulier avec la poésie ma réponse n'a ici d'intérêt qu'à cause de ma découverte d'un poème précis du recueil : Magnolia Blues. En quelques vers, je sais que Jacques y raconte sans tricher un seul instant, une année de sa vie. Le poète c'est d'abord une sensibilité à fleur de peau qui souvent vient de l'enfance. Alors le poète devient langue : « Le français ici n'a pas d'horloge / goûte le pétrole sur la Baie de l'Atchafalaya ».


La poésie est un effort permanent, une relecture infinie. Oui elle existe la baie de l'Atchafalaya, oui le pétrole en est devenu le rythme des bras qui pompent. Oui il existe « le baiser d'une méchante tornade / qui a piqué à travers champ / comme une jument en calvaire ».


Pourquoi un baiser et non un coup de fouet ?


Entre peur et peur, fidélité et fidélité, Jacques, poète par la naïveté qu'il transporte toujours avec lui, nous oblige à distinguer sa naïveté audacieuse d'une autre très paresseuse.


Le poète effarouche le bavardage surtout quand « il pue la canne à sucre / et les marécages ». Il cherche alors une langue qui se perd, celle de sa mère, de sa voisine. Pas de poètes sans l'intimité d'une langue à reconstruire. « Ajoute du vrai / au langage, / Car la Louisiane / d'où je t'écris... / me fait bander à part ! » Et voilà que le poème s'achève et la construction devient un monument quand on a aussitôt envie de recommencer la lecture. Je ne prétends pas avoir la même sensation avec tous les poèmes, cette sensation sucrée qui incite à en reprendre. Quel drôle d'aliment ce sucre si génial qui pue pourtant énormément au moment de sa fabrication !


Une sensibilité, une langue, une construction..., quand un poème vous ouvre une porte d'univers alors vous pouvez vous lancer dans un autre voyage comme dans « la coulée des angevins ». Si Jacques aime parler de poèmes-récits en voilà un où le récit n'est pas très linéaire et n'a rien d'une coulée où tout d'un coup déboule « un zeste de poussière sur tes restes de viande séchée... ». La chute finale « Nous vaincrons » relance la lecture en quête d'un « nous » et d'un objectif incertain de « victoire ».


Bien sûr je pourrais invoquer, pour dire le poète Jacques, le mot de Michel Garneau qui introduit le livre, qui est en fait un acte puisque ce talentueux personnage a accepté de lire à la radio des textes de cette « voix authentique ». Garneau écrit aussi : « ces poèmes qui ne peuvent pas avoir été écrits ailleurs qu'au Québec et par le dénommé

Jacques ».


Avouons-le : qu'un petit éditeur français accepte de donner un coup de pouce à une voix québécoise en 2008 a de quoi surprendre ! « je lancerai ma bouteille à l'humanité » dit Jacques car pour lui être québécois c'est le meilleur moyen de s'adresser à l'humanité contrairement à d'autres qui pensent utile de policer leur français pour mieux s'adresser à l'humanité.


Jacques est devenu poète très jeune et les amis de ce temps là qui l'entourent encore disent que c'est par la chanson qu'il passa au poème, la chanson toujours au cœur de la parole de son pays qui est l'hiver. Jacques préfère invoquer la découverte de la parole possible, la sensation tout d'un coup que sa vie d'enfant de paysan était une part de l'art. Alors le poète monte sur une table et tout commence ou tout fini. Tout commence car le coulée d'angevins est là devant. Tout fini car jamais Jacques ne pourra sortir d'un univers « Cailloux réverbères / échangés par les fenêtres de l'invisible ».


A la présentation de son livre le 9 octobre, j'ai découvert un nouveau Jacques qui mangeait les mots de ses textes comme d'autres dégustent les meilleures pâtisseries. Mais c'est une autre histoire pour la semaine prochaine.


Jean-Paul Damaggio



NOVA BOSSA


Voyageurs de la nuit,
en ces heures complices
où les plumes d'oiseaux
ingouvernables
allument les étoiles,
vos signes de tête
dans le champ magnétique
des alliances perdues
retentissent
au milieu des pierres aimantées
jusque dans la courbure des mots
et traduisent dans ma gorge
les pas,
les rimes normandes
qui n'ont encore jamais dansé
sur les toits.


*


L'ÉPOUVANTAIL


Maudits mots de cristal
qui perdent la boule
avec la peine dévissée
par ma griffe!

L'hiver cru
se dévergonde
comme un trot de chevreuil
transcrit sur la liste
noire

Ce n'est pas un manque de goût:
il est certain que je vais périr,
par un soir incendié d'automne,
comme un martien sans remèdes

de chagrin ou d'absence.


*
avec une bouche malfamée
qui désire faire son show
dans le vent
parmi la foule des oiseaux farouches
en dessous des trompettes fumantes
qui se régalèrent de glissades
de nos jours de bave, de mauvaise haleine
de nos heures de suif et de lapsus
de nos belettes de charme
de nos boules de sexe de joual sur la balance des braises
et des locomotives de joie placées dans nos cuisses de jadis


*


Jacques Desmarais





Publié dans Prose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jack 28/11/2008 02:03

Merci, poète Lafrenière, de faire entrer les Cannibales chez vous où l'on trouve de bien belles choses à se mettre sous la dent.

pasca 27/11/2008 21:36

salut,c'est la slameuse rurale.moi, aussi je fais des rimes.
à bientot sur mon blog et bonne soirée.