Semences (Argentine)

Publié le par la freniere



Prisonnières. On va nous emprisonner. Elles et moi
Elles. Des milliers plus des milles des âmes sveltes
qui avec moi sont des contrebandières
Des valeurs. Des utopies possibles. D'art.
Art. Négation de la fin des humains.
Vivre sans masque est un désir de beauté.


C'est mon rêve de toujours veille pour les rêves.
C'est soif de mains accueillantes.
Cette soif à moi si grande qui me noue.
Je veux que chaque fenêtre s'illumine au son d'un violon, d'un piano, d'une harpe.
Que sur toutes les avenues du monde
sculptures de Giacometti regardent avec plaisir La Pietá.
Je veux que dans tous les sièges de tous les gouvernements
un Christ du Velázquez avorte l'horreur.


Cette soif. Soif bénie qui gèle et reverdit l'âme.
Vie prodigieuse qui allonge le désir de la saisir. Toute.
Et la trêve qui survient à pas ralentis.
Je veux que Fra Angélico fuie Le Prado
et que son Annonciation parcourt le monde de sa Lumière.
Je veux que Redon et Mantegna, Uccello, Leonard et Monet
soient trace. Phare. Et ils dérogent des bourreaux pour que Jamais ils n'existent.


Je veux que nous sachions une bonne fois par Dieu qu'il est déjà l'heure
que dans l'amour nous retrouvions l'absolue certitude de la liberté.
Que chaque matin au lieu d'écouter des nouvelles d'âmes sans anges
Bach, Poulenc, Mahler, Di Lasso, Debussy, Schubert et Chopin,
éclatent sur un Rio de la Plata qui se change en mer.
Mer bleue d'amour que dans la nuit bercent des oreillers
Avec des madrigaux, adages et clairs de lune.


Je veux. Je veux et je sème. Je veux.
Que nous enseignions bonté sur bonté.
Que le ciel soit toujours piqué d'étoiles
Je veux des adultes aux rires vierges
et des anges que peignent des enfants
Que les impies respirent Blake.
Que Rilke exorcise l'évidence.
Que les vieillards vivent dans l'honneur.
Que le Pays le Continent le Monde, l'Univers
soient pour des égaux et sans discrimination.


Je veux. Qu'Eluard, Desnos et Rimbaud, Quasimodo. Yeats,
Lorca, Kavafis y Celan, dansent en poésie dans toutes les âmes.
Et puis que la Chanson de la Joie de Schiller
L'Ode à la Liberté, La Neuvième de Beethoven
soient l'Hymne de tous les Justes de la Terre.
Pour vivre avec la soif sacrée soif.
Pour que l'aube soit la veille.
Pour semer l'art et l'amour
Pour ne plus voir
Des masques.


Rien que la lumière rien que la vérité.

 

Cristina Castello

 


Publié dans Poésie du monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article