Paroles indiennes

Publié le par la freniere

Né en 1868, le chef Luther Standing Bear passa ses premières années dans les plaines du Nébraska et du Dakota du SUd. A l’âge de onze ans, il fut l’un des premiers à s’inscrire à l’école indienne de Carlisle en Pennsylvanie. Il devint instituteur et partit faire la classe dans la réserve de Rosebud dans le Dakota du sud. Il parle des Lakotas : c’est le nom tribal des bandes de l’ouest, les Tétons, maintenant connus comme les Sioux.

Le témoignage de l’Amérindien, de son affection pour la terre, est universel. Cela est vrai à toutes les époques et dans toutes les régions des Amériques; seuls les mots changent parfois. Il est très attaché à la terre. Luther Standing Bear qui est un chef sioux, fait écho au sentiment de tous ses frères autochtones des Amériques. Il disait au début des années 1900 :

« Le Lakota (Sioux) était rempli de compassion et d’amour pour la nature. Il aimait la terre et toutes les choses de la terre, et son attachement grandissait avec l’âge. Les vieillards étaient – littéralement – épris du sol et ne s’assoyaient ni ne se reposaient à même la terre sans le sentiment de s’approcher des forces maternelles. La terre était douce sous la peau et ils aimaient à ôter leurs mocassins et à marcher pieds nus sur la terre […] Le sol apaisait, fortifiait, lavait et guérissait.

[…] C’est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de la vie.

Ces relations qu’ils entretenaient avec tous les êtres sur la terre, dans le ciel ou au fond des rivières, étaient un des traits de leur existence.

[…] Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devint dur; il savait que l’oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes gens sous la douce influence de la nature.

 
SES PRINCIPALES CITATIONS :

Les vastes plaines ouvertes, les belles collines qui ondulent et les ruisseaux qui serpentent n'étaient pas sauvages à nos yeux. C'est seulement pour l'homme blanc que la nature était sauvage, seulement pour lui que la terre était "infestée" d'animaux sauvages et de peuplades "barbares". Pour nous, la terre était douce, généreuse, et nous vivions comblés des bienfaits du Grand Mystère. Ce n'est que lorsque l'homme poilu de l'Est est arrivé et, dans sa folie brutale, a accumulé les injustices sur nous et les familles que nous aimions, qu'elle nous est devenue "sauvage". Lorsque même les animaux de la forêt commencérent à fuir à son approche, alors commença pour nous "l'Ouest Sauvage".

"Prendre le temps de réfléchir,
telle est la manière courtoise et vraie de commencer
et de poursuivre une conversation."


"Les animaux ont des droits - le droit d'être protégés par l'homme, le droit à la vie et à la multiplication de l'espèce, le droit à la liberté et le droit de n'avoir aucune dette envers l'homme."

Publié dans Paroles indiennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
bonjour,
merci de m'avoir mis dans vos liens...
le blog est super, continuez ..
à bientot de vous lire .
luther