La journée s'ouvre

Publié le par la freniere


1)
Un abrégé de doutes stationne en gare de triage. Dans le tamis des heures,
des grains de rien rêvent de cathédrales. Des particules s’impatientent qui
refont un corps neuf à chaque jour tendu. De verdeur et d’ardeur,
l'intention de vibrer dans l¹immobilité retrousse encore et les manches du
ciel et la langue frottée à la force des sens. Il faudra plus qu’un dé à
coudre de tendresse pour rebâtir l’espoir, pour ourler l’ordinaire. Il
faudra la lumière qui tombe drue sur la terre à lever. Le son qui donne au
blanc, au vide, au trop porté, au trop sué, au trop rincé, l’ampleur du
tonnerre de vie. Il faudra cette phrase plus belle qu¹un passage, gravide
sous ma main, qui s'approche à l’appel. Il faudra cette écharde juste à côté
du pain, rappelant le danger. Et il faudra l’amour, sans concession, qui
pardonne du peu. Cette puissance et le risque du trop, je l’attends, je sens
déjà sa contracture, mes mains nouées comme un faisceau.


2)
La journée s’ouvre. De ton chemin à mon chemin, une langue qui touche
arrange de vieux mots. Elle trouble la phrase, la pousse, la réveille,
glisse dans ses racines une alliance neuve. Aux tournures anciennes,
l’instinct nouveau des lettres donne un air dévêtu, un sang de jeune
branche. Le rêve, ce petit animal qui revient de la nuit, impudique le sens,
figure sa tenue. La pensée du matin qui se croyait matin se voit matin
intime.  Au miroir des paroles, gardes-moi, gardes-moi, dit le geste du
jour. Et l’innocence crue du premier sens à prendre écrit la page à naître
d’une paume douce. Une trace brûlante impatiente les feuilles.  La musique
des terres redresse les fontaines dans chaque mot à vivre. Je porte de ce
vivre une robe mitée où filent les années, mais je sais l’air et l’eau qui
font l’inachevé du pain. Toujours c'est le moment de vivre ou de mourir.

Ile Eniger

vient de publier Le Bleu des Ronces aux Éditions Chemins de Plume.

http://editionscheminsdeplume.over-blog.com/

Publié dans Ile Eniger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article